La présentation
Le match
Les photos
Les médias
 
Spécial Coupe de France
 
ST-JOSEPH - BASTIA

20 novembre 2005
Stade Geoffroy Guichard

..:: Le précieux sésame
 
 
..:: Résumé du match
 
Logique respectée pour les Corses qui ont joué sérieusement face à une équipe du Gier qui n'a pas démérité, se procurant même quelques situations de but.
 
Au stade Geoffroy-Guichard, S.C Bastia bat F.C Saint-Joseph 8 à 0. Mi-temps : 0-2.
Arbitre: M. Mrozek. Pelouse gelée en surface. Spectateurs : 4 149. Temps très froid.
Buts: André (29e, 44e, 61e et 85e) , Née (73e), Gomez (81e et 90e) et Marester (90e)
F.C Saint-Joseph : Velati - Guyot - Riondet - Vignal (Mounier 45e) - Jullien - Bonnand - Capuano - Vachez - Chaussande M. - Champagnon (Tambuzzo 74e) - Marcon (Chaussande G. 60e).
S.C Bastia : Penneteau - Marester - Sauget - Laville (Lorenzi 64e)- Haas - Jau - Camadini (Ghisolfi 72e) - André - Gomez - Née - Meslin (Ben Saadi 55e).
 
Les Corses avaient prévenu, ils débarquaient dans le Chaudron avec la ferme intention de se qualifier rapidement. Corollairement, les visiteurs s'installent d'entrée de match dans le camp des modestes amateurs de Saint-Joseph.
Pourtant ces mêmes professionnels vont être un peu malmenés par les locaux surmotivés qui se procurent deux occasions. La première escarmouche du Petit Poucet survient sur un coup franc tiré par Bonnand qui passe au-dessus de la barre sans inquiéter Penneteau. Bastia joue par intermittence et du relâchement se fait sentir dans les rangs des Corses, incapables de bien ajuster leurs nombreuses frappes.
Pendant trente minutes, les jeunes amateurs font mieux que se défendre alors que la défense corse connaît des errements. Comme lorsque Mickaël Chaussande, sur un centre de Vachez, place un belle tête que Penneteau claque en corner (8e). Ou encore quand Riondet tire au dessus, seul devant Penneteau (28e). Le « petit poucet » commence à y croire mais craque sur un coup franc magistral d'André, pleine lucarne (0-1, 29e).
Ce coup du sort n'entame pas la motivation des joueurs du Gier. Leur gardien Velati rassure sa défense en réussissant de belles parades devant les tentatives de Meslin et Camadini. Cette même défense va subir une grave perte avec la sortie de Sylvain Vignal, blessé à l'épaule.
L'assise technique des Bastiais fait la différence au milieu de terrain où les rouges ne parviennent pas à conserver le ballon. Bastia passe par les ailes, et l'ex-Stéphanois Fabrice Jau, posté sur la droite, sert André qui ajuste le gardien de la tête (0-2, 44e).

ANDRÉ RÉUSSIT LE QUARTÉ
Les Bastiais abordent la seconde période pour enfoncer le clou. Mais contre toute attente, Mounier, resté aux avant-postes, loupe l'occasion de redonner l'espoir à son équipe, suite à une sortie hasardeuse de Penneteau qu'il devance mais sa frappe en pleine course et excentrée flirte avec le petit filet (55e).
Malgré les bons appels de Chaussande, le jeu en triangle et en une touche de balle de Bastia fait merveille dans la surface de Saint-Joseph et André, en électron libre, réussit le hat-trick (0-3).
La combativité rouge ne suffit pas à contrer les Corses. Et lorsque les deux équipes abordent l'heure de jeu, un fossé physique se creuse et naturellement, Bastia s'illustre. Même si les locaux n'en démordent pas, Bastia impose son jeu et sur un contre, Née contrôle dans la profondeur et reprend de volée dans l'angle opposé (0-4). Les bleus enchaînent les combinaisons face à des rougesépuisés, l'une d'elles conduit à un triangle Née-André-Gomez qui conclut d'un plat du pied tranquille. L'addition s'alourdit et cela est encore plus sévère quand André expédie un reprise de volée somptueuse pour le 6 à 0. La défense rouge s'écroule et ne peut endiguer l'hémorragie entretenue par Marester qui aggrave le score en deux temps (0-7). Les jambes sont lourdes pour les courageux joueurs de District de la Loire mais leur calvaire se poursuit dans les arrêts de jeu, Gomez bien servi par André lobe Velati (0-8).
Le score sévère reste anecdotique, en témoigne la joie des joueurs venus du Gier, à la fin de la rencontre. Le football ressort grandi de ce genre de match où Bastia a joué sans prendre de haut les amateurs du Gier et dans le plus grand respect puisque il n'y eut aucun carton.
Saint-Joseph a certainement écrit la plus belle page de son Histoire et les joueurs ont fait preuve d'héroïsme, n'hésitant pas à se dépasser physiquement. Que demander de plus.
 
DAMIEN LICATA CARUSO (source Le Progrès)